Portrait
Portraits

Le Panier d’Aimé Montpellier Epicerie fine en centre-ville est géré par James Égreteau

Le Panier d’Aimé Montpellier Epicerie fine en centre-ville proche de la Place de la Canourgue est géré par James Égreteau.(® SAAM-fabrice Chort)

Le Panier d’Aimé Epicerie fine  Montpellier en centre-ville proche de la Place de la Canourgue est géré par James Égreteau.

Le Panier d’Aimé à Montpellier est géré par James Égreteau 

Le Panier d’Aimé est une épicerie fine située en centre-ville de Montpellier qui propose des produits du terroir . Depuis six ans, la boutique est gérée par James Égreteau. C'est un créateur. Le goût de l’innovation est en lui. James Égreteau est un homme qui se plaît à Montpellier . Depuis le printemps 2012 et l’ouverture de son épicerie fine Le panier d’Aimé , il ne manque pas d’imagination.« Ce que j’aime, c’est ce que je fais ici : construire, développer et prendre du plaisir ».  Il ne se considère pas comme un entrepreneur au sens propre du terme. Il aime l’ouverture aux autres. 

Au moment de la création, il y a six ans, la boutique comptait 80 fournisseurs et 800 références. Aujourd’hui, Le Panier d’Aimé fait désormais partie du paysage montpelliérain et peut s’appuyer sur plus de 250 fournisseurs et 2.500 références. Tous les jours, James Égreteau et son équipe ne cessent d’enrichir le magasin avec 98% de produits français , dont 65% environ proviennent d’un rayon de 160 kilomètres autour de Montpellier.« Le but est d’allier le côté terroir et le côté épicerie fine»

Avant de s’installer dans la capitale héraultaise, James Égreteau et sa famille vivaient dans les Pyrénées-Orientales :« On était en altitude, à Font-Romeu, pendant une douzaine d’années. Nous étions libraires. On a déménagé à Montpellier car notre fille grandissait et elle devait faire ses études. » Originaire de l’île de Ré, James Égreteau commence par un apprentissage de boulanger-pâtissier sur l’île de son enfance puis s’oriente vers une formation d’éducateur spécialisé. Avant de venir dans les Pyrénées-Orientales, il crée une entreprise dans le secteur du tourisme dans le Marais Poitevin. Ensuite, direction Font-Romeu pendant plus de 12 ans dans le monde de la librairie jusqu’à l’ouverture de la boutique dans l’Écusson montpelliérain . « C’est une continuité, affirme James Égreteau. Il y a un lien entre l’activité touristique dans le Marais Poitevin, la librairie et l’épicerie: la soif de découvrir et l’envie de partager ! On a toujours été épicurien . Vous imaginez bien qu’à Montpellier , niveau librairie, il y a tout ce qu’il faut. C’était difficile de repartir sur ce projet. » 

C’est à ce moment-là que le couple décide de se lancer dans l’épicerie fine à Montpellier.  « Je me sens bien dans cette ville. On avait l’option entre Bordeaux où j’ai effectué mes études, Toulouse que je connaissais et Montpellier. On ne connaissait ni la ville ni son environnement géographique. C’est ce qui nous a attiré. » Six ans plus tard, le gérant ne regrette rien. Au contraire, il est épanoui dans une ville « dynamique », « jeune » et « plaisante ». Parti de rien, James Égreteau construit aujourd’hui pierre après pierre un solide édifice ancré dans la vie montpelliéraine.

Le gérant ne souhaite pas en rester là.  Il veut sans cesse susciter l’intérêt du client. À moyen terme, l’idée est d’ouvrir un autre point de vente . Cette fois, dans le sud de l’Écusson de Montpellier. Le procédé serait le même que Le Panier d’Aimé mais s’ouvrirait avec des produits issus «d’ailleurs» afin de « compléter le premier magasin ».

James Égreteau ne manque pas d’idées ni de projets. Un créateur dans l’âme.

Coup de